Mes très chers visiteurs discrets…

Vous êtes quelques uns à atterrir ici grâce à quelques mots clés ; quelques mots de détresse, peut-être, lancés sur la toile comme autant de bouteilles à la mer, un jour où vous étiez désemparés face à Aura. Un jour où vous cherchiez des réponses à vos angoisses, comme nous l’avons sans doute tous fait.

Vous êtes quelques uns à vous attarder entre mes lignes, ni vu ni connu… Et vous avez bien raison ! C’est justement à ça que sert un blog.

Mais moi, côté coulisses, je ne peux m’empêcher de me demander si vous avez trouvé ici ce que vous cherchiez. Mes mots vous ont-ils rassuré ? L’expérience que je partage ici avec vous vous aura-t-elle apporté quelque chose ?

Si d’aventure, mes très chers visiteurs, il vous arrivait encore de vous hasarder dans le coin, faites-moi signe…

Petit bilan annuel

C’est bizarre, la vie, parfois : depuis que j’ai créé ce blog, je n’ai jamais autant parlé d’Aura, alors qu’elle, de son côté, m’a largement laissée tranquille cette année !

Enfin, je parle de l’année scolaire ; parce qu’avant de déménager à la fin de l’été dernier, c’était crise sur crise ! Au moins une visite par semaine. Et après le déménagement, hop ! Aura a disparu dans un claquement de doigts, comme par magie…

A peine 2 crises pour toute une année scolaire… C’est incroyablement, agréablement, formidablement PEU !!!

La première m’a surprise en novembre, alors que je me recueillais sur la tombe de ma belle-mère, trois jours après ses funérailles. De douloureux moments sur lesquels je ne souhaite pas m’étaler ici, mais que je tiens malgré tout à mentionner parce que c’est vraiment la toute première fois que j’ai pu relier une crise avec un évènement émotionnel intense dans ma vie.

La seconde m’a prise de cours au volant et en valait bien 10 à elle toute seule (jugez plutôt) ! C’est elle qui m’a poussée à créer ce blog, une idée qui ne m’avait jamais effleurée auparavant. J’étais occupée par un tout autre blog qui me trottait dans la tête. Je peinais un peu sur la mise en place : choix du thème, du nom, des catégories… Mais après cette crise double, particulièrement virulente, j’ai eu envie de lire des témoignages ; de voir si d’autres que moi avaient expérimenté ce genre de crise dédoublée. J’aurais bien voulu me rassurer, vérifier que ça arrivait aussi aux autres… Mais rien ! Je n’ai rien trouvé. Je sais maintenant que si j’avais cherché migraine ophtalmique au lieu de migraine avec aura, j’aurais peut-être eu plus de chance, puisque ce terme semble plus usité en français. Mais bon…

Ça m’a pris comme ça : exactement comme une crise ! En un clin d’œil, le blog a été fin prêt ! Tout s’est agencé très facilement. Tout semblait aller de soi, à croire que les mots pour parler d’Aura n’attendaient que ce blog pour se déverser sur mon clavier ! Et comme j’étais au ralenti, couchée et encore douloureuse, j’ai tout choisi en fonction d’Aura : un fond blanc reposant, un thème simple, sans tralalas, sans effets d’optique gênants, une image que je ne pouvais même pas regarder le jour où je l’ai choisie comme en-tête, tant elle me rappelait mes crises de jeunesse

Voilà pour ce petit bilan : 2 crises pour toute 1 année scolaire ; 1 blog à la clé…

Pourquoi un blog sur la migraine ?

Non pas parce que j’ai besoin d’en parler tout le temps — loin de là ! La migraine fait partie de ma vie, d’accord, mais elle ne prend quand même pas toute la place ! D’ailleurs, j’imagine que je n’aurai pas tous les jours de quoi alimenter ce blog et c’est tant mieux ! Fort heureusement pour moi, je ne vis pas en mode migraine 24/24.

Non, c’est juste que depuis le temps que je trimballe mon petit paquet toute seule dans mon coin, je me dis qu’il serait peut-être bon de partager. Peut-être mon témoignage servira-t-il à quelqu’un ? Il m’est déjà arrivé d’arpenter le net de long en large à la recherche de témoignages qui auraient pu me rassurer (on a beau la connaître par cœur, notre petite camarade arrive toujours à nous surprendre), mais en vain. Sorti des sites médicaux et de leurs explications impersonnelles, la toile francophone est désespérément pauvre sur le sujet et nos questions restent sans réponses.

D’où l’idée d’un blog, pour parler de la migraine de l’intérieur et peut-être, si vous êtes au rendez-vous, pouvoir confronter mon expérience de migraineuse avec la vôtre.