La « non crise » d’allaitement

Une « non crise », en effet, puisqu’elle semblerait inexistante !

Au moment de rassembler mes souvenirs pour écrire ce post, qui aurait dû s’appeler « la crise d’allaitement », je me suis rendue compte que finalement… non ! J’ai rien là-dessus ! Au-delà des longues crises du post-partum, pas le moindre souvenir de visites d’Aura pendant les périodes d’allaitement. Il y en a peut-être eu, mais je ne m’en souviens pas, toute occupée que j’étais à materner ma progéniture !

Un peu de calcul pour résumer les choses :

4 x 9 = 36 mois. Soit 3 ans de grossesse.

15 + 21 + 12 + 24 = 72 mois. Soit 6 ans d’allaitement.

3 + 6 = 9 ans et des poussières de maternage intensif…

En conclusion, si l’on prend en compte les petits moments de battement entre deux maternités, on peut dire que pendant 10 ans de ma vie, j’ai alterné les périodes de grossesse (crises en pagaille !) et les périodes d’allaitement (crises au point-mort). Je serais curieuse de savoir quel mystère hormonal se cache derrière ces fluctuations, pas vous ?

Au terme de ces dix ans, Aura s’empressera de reprendre tranquillement sa petite vitesse de croisière (3 ou 4 visites par an), jusqu’à ce que… — mais ça, c’est une autre histoire !

Publicités

Ma migraine à moi

Elle survient comme ça, en un clin d’œil, sans raison apparente. Je n’ai rien fait de spécial. Je n’ai rien mangé ni bu d’inhabituel. C’est une journée tout à fait comme les autres… et boum !

Depuis des années, je cherche un fil conducteur, une logique. Un temps, j’ai cru avoir trouvé la réponse absolue : grossesse, accouchement, allaitement, prise de traitements hormonaux… Le lien était évident. À chaque bouleversement hormonal important correspondait une nouvelle vague de crises. Pourtant…

Un dernier « pic » complètement inexpliqué ces dernières années est venu remettre en cause mon hypothèse du tout hormonal !

Retour à la case départ, avec de nouvelles inquiétudes et des questions en pagaille…