La crise débutante

La toute première, celle qui fait irruption un beau jour dans votre vie, sans y avoir été invitée. Vous pensez peut-être que pour une novice, cette crise-ci va faire une entrée discrète ? Eh bien, pas du tout ! Notre Aura n’est pas timide : quand elle se pointe, elle se pointe carrément !

J’ai 12 ans. Je suis en cours de sciences naturelles (ben oui, c’était une autre époque). C’est un samedi matin comme les autres. C’est peut-être même le printemps… Mme Michel donne son cours ; tous les visages sont tournés vers elle. Quant à moi… J’ai dû regarder un rayon de soleil avec un peu trop d’insistance : me voilà tout éblouie. Je regarde la prof : il manque une partie de son visage ! Si je regarde son nez, je ne vois pas de nez ! Si je regarde sa bouche, je vois son nez au dessus, mais pas sa bouche ! Qu’est-ce qui m’arrive ???

Maintenant que j’y repense, je n’ai pas vraiment le souvenir d’avoir paniqué. Je suppose que quelqu’un a dû mettre rapidement un nom sur ce qui m’arrivait et que cela aura suffit à me rassurer (Et puis, j’ai su ce jour-là que Papa aussi était migraineux ; et même Papy, alors…). Je ne me souviens pas d’avoir ressenti de l’angoisse. Plutôt de l’étonnement devant ce phénomène étrange.

Je me revois à l’infirmerie. Mes copines viennent me voir à la récré ; elles m’ont écrit une lettre. C’est à ce moment que je découvre la partie la plus troublante de mes crises : je ne peux plus lire ! Et en fait, je ne peux plus parler non plus. Les mots se mélangent, je ne sais plus ce qu’ils veulent dire. C’est épuisant.

Suite à cette entrée fulgurante, le diagnostic est évident. Le traitement l’est moins. Je vous le donne en mille : où envoie-t-on quelqu’un qui souffre de migraines ophtalmiques ? …Chez l’ophtalmo, bien sûr !

Publicités

2 réflexions sur “La crise débutante

  1. Bonjour,
    je vous remercie de m’avoir informé de votre blog via au autre site (je ne sais pas si je peux le nommer …?).
    Je suis la maman de cette petite fille qui a eu sa première migraine avec aura à l’âge de 7 ans. Les symptômes que vous décrivez correspondent totalement à ce qu’elle m’avait décrit à l’époque. Elle n’arrivait plus à lire, ni à écrire et n’arrivait même plus à attrapper son verre à table ! Ce qui lui a valu un séjour de 4 jours à l’Hôpital de La Timone à Marseille !
    Aujourd’hui elle va mieux, elle a rarement des migraines, la dernière remonte à un an …J’espère que cela ne lui portera pas la poisse de le dire !
    En lisant votre blog, je m’inquiète pour son futur… J’en garde précieusement les coordonnées, en espérant ne pas avoir à vous contacter trop souvent !
    Merci encore pour votre soutien parce que bien que ne souffrant pas de migraines, je reste désemparée face à celles de mon bébé (qui a maintenant 9 ans et demi !).

    Vanessa

  2. Bonjour Vanessa et bienvenue !

    J’aimerais pouvoir vous donner un parfait mode d’emploi pour vous rassurer et vous expliquer ce que c’est que de vivre avec la migraine (avec aura). J’imagine comme vous devez être désemparée face aux crises de votre fille, comme ma maman a dû l’être, à l’époque. J’espère en tout cas pouvoir vous aider à travers ce blog.

    Ma fille a le même âge que la vôtre. C’est très jeune, je trouve, pour avoir des crises de migraine. Je ne savais même pas que c’était possible, à cet âge-là.

    Il ne faut pas trop vous inquiéter : la migraine n’est pas une maladie grave, même si elle est parfois effrayante. Quand la crise est passée, tout rentre dans l’ordre et la vie reprend son cours. Une fois qu’on sait cela, on peut être plus serein pour l’accueillir si elle survient. D’autant que maintenant, on a des médicaments qui soulagent bien la douleur (l’ibuprofène est très efficace ; c’est la seule chose que je prends).

    Moi, j’ai pour habitude de me mettre « entre parenthèses », le temps que ça passe, et après ça repart ! Bon, un peu plus lentement que d’habitude, c’est vrai, mais c’est pas grave : je m’accorde ce temps de récupération sans le moindre scrupule !

    Si ça peut vous rassurer, ça ne m’a jamais empêché de faire quoi que ce soit dans ma vie.

    Il y a quand même un point positif dans la migraine « AA » : contrairement à d’autres troubles (je pense à l’épilepsie, par exemple), on est parfaitement conscient pendant les crises. Même si on a du mal à parler et à comprendre les mots, et qu’on est donc un peu confus, on sait tout à fait ce qui se passe autour de nous et on peut réagir. On n’est donc pas en danger, ce qui n’est pas si mal !

    Bon courage à toutes les deux. Et N’hésitez pas à revenir si avez besoin d’échanger là-dessus…

Aura passe sans laisser de traces - ne soyez pas comme elle !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s